Groupe de Bonobos sur fond de chantier

Logo de l’ONG Mbou Mon Tour

> Dans la région du Mai Ndombe (République démocratique du Congo), existe une ONG fondée en 1997 qui a pour nom  M’bou Mon Tour (MMT). Elle regroupe un ensemble de communautés locales qui œuvrent pour la protection des forêts et des savanes abritant bonobos et autres petits primates, et qui mènent des activités de développement respectueuses de la nature. L’objectif final : réduire la malnutrition, la pauvreté et l’ignorance en s’appuyant sur un patrimoine local riche et unique.

> Après avoir contribué à mettre en place plusieurs sites d’observation des bonobos avec des scientifiques dans le cadre du PICBOU (Projet Intégré de Conservation des bonobos de l’ouest), MMT est maintenant en mesure de proposer à un plus large public une expérience unique : l’observation de ces animaux en immersion dans leur milieu naturel. C’est le fruit d’un long travail d’habituation, méthode introduite en RDC sur le site de Wamba en 1973 par le primatologue japonais particulièrement fécond, Takayoshi KANO.

> À ce jour, le WWF classe cette destination de tourisme durable dans le Top 100  mondial. Les bénéfices de ce projet écotouristique sont intégralement redistribués aux communautés villageoises afin de soutenir économiquement cette initiative de protection du patrimoine naturel.

Votre séjour

Aller à Bolobo

> Pour des séjours de courte durée, l’option la plus adaptée consiste à prendre un vol direct pour Bolobo depuis l’aéroport de Ndolo à Kinshasa. C’est l’occasion de survoler le fleuve Congo ainsi que la mosaïque de forêt-savane parsemée de villages et d’apprécier la nature singulière de cet immense cours d’eau qui serpente sous vos yeux.
Mais si vous aimez prendre votre temps, MMT met à votre disposition un bateau (14 places + toilettes) qui vous permettra d’apprécier le fleuve au fil du courant, ses vues spectaculaires et ses couchers de soleil inoubliables.

Fleuve Congo vu d'avion

> Voilà, c’est parti pour 8 à 10 jours en immersion dans les villages de Nkala, Mpelu and Embirima et dans la forêt qui les entoure avec  pour guides les pisteurs de MMT. Avec eux vous allez pouvoir  approcher plusieurs groupes de bonobos (Ebubu en kitéké) de manière exceptionnelle.

> À Malebo, cinq bungalows avec toilettes et douches vous attendent au camp de base de WWF dont les maisonnettes surplombent la rivière. D’autres hébergements sont également disponibles  du côté de Nkala, à la ferme de MMT dont l’ambiance rustique vous plonge au coeur de la vie de ce lieu.

> N’oubliez pas de présenter vos civilités aux Chefs de terre et de demander leur permission pour pénétrer dans la forêt ainsi que leur bénédiction. Le respect des pouvoirs coutumiers est extrêmement important sur le plateau de Batéké et cette étape est  indispensable pour accéder à la forêt et rencontrer les bonobos dont ils assurent la protection.

Plan des sites d’observation des bonobos Mbou Mon Tour

> Le meilleur moment pour observer les bonobos, c’est à leur réveil. Très tôt avant le lever du jour, vous serez tiré(e) du lit et vos pisteurs vous guideront vers le site où ils ont construit leurs nids pour la nuit, en haut des arbres. Ne vous étonnez pas s’il faut marcher plusieurs heures sur des pistes serpentant dans une forêt dense. C’est le prix à payer pour rencontrer les bonobos et les voir se réveiller.

> Le contact établi, il ne vous restera plus qu’à bien ouvrir les yeux, les observer s’alimenter, jouer, se toiletter ou se reposer et suivre leurs déplacements.

Ne soyez pas étonné(e)s si au cours de vos divagations vous croisez un ou plusieurs groupes de scientifiques (chercheurs ou étudiants venus du monde entier) en cours d’investigations. En fin de journée, si vous n’êtes pas épuisé(e) et que vous avez une langue commune, vous aurez peut-être l’occasion d’échanger vos impressions et de profiter de leurs connaissances.

Bonobo se déplaçant dans un arbre

> Ici, pas d’heure creuse. Lorsque vous n’êtes pas sur les sites de bonobos vous pourrez rencontrer les chefs coutumiers, tchatcher et participer aux activités de la population locale. Et surtout soyez respectueux(-euse) mais certainement pas timide. Les gens que vous allez rencontrer sont aussi curieux de connaître votre vie que vous la leur. N’oubliez pas de vous laisser envoûter par les griots qui connaissent tous les contes magiques de ces forêts. Ils remplaceront avantageusement une séance de cinéma ou la télévision. Quant au shopping, si vous y tenez vraiment, vous devrez attendre le retour à Kinshasa

 

Saïga - Voyages pour la biodiversité

Si cela vous tente …                                     
                                     
     Un programme unique au monde !